Europorte décroche un nouveau contrat

Parlons un peu de fret ferroviaire. Dimanche 14 janvier 2018 je me suis rendu à Nantes pour immortaliser le tout premier train Europorte à destination de La Mothe-Achard. C’est dans cette petite commune proche de La Roche sur Yon que se trouve PRB, une entreprise spécialisée dans les matériaux de construction. Depuis déjà un certains temps, l’entreprise utilise le rail pour faire transporter le ciment, en vrac ou en sac qu’elle transforme à son usine de La Mothe. Avant, le train partait de Rognac et traversait toute la France, passant entre autre par Bordeaux et La Rochelle pour atteindre La Mothe-Achard. Il était assuré par Fret SNCF, qui a perdu le contrat alors qu’elle l’avait récupéré il y a pas si longtemps à ECR, une filiale privée de la DB. À présent c’est Europorte, un opérateur de fret ferroviaire privé qui assure le train tous les weeks ends, de Dijon à Chantenay en E 37500 par Valenton et Le Mans puis de Chantenay à La Mothe-Achard en G1000 (l’embranchement de l’usine n’étant pas électrifié). À noter que le train provient de la cimenterie Lafarge de Le Theil

Dimanche 14/02/18 la G1028 d’Europorte quitte le triage de Chantenay direction La motte-Achard avec la rame de wagon citernes EVS, chargés de ciment

5h à Paris Est au temps des CC 72100

Début aout 2017 j’ai eu l’occasion de passer 5h Gare de l’Est à Paris pour filmer quelques CC 72100 proches de la fin mais aussi des RIB en BB 67400 pour La Ferté Milon et des BB 15000

Le CC 72130 se prépare à quitter Paris pour Troyes avec à ses côtés un des nouveaux Coradia destiné à remplacer les gros diesel. Toutes les CC 72100 sont maintenant à la casse. Mais seul la CC 72130 a été préservée, sauvée de l’impitoyable cimetière de Sotteville. 

Les jours sont comptés pour les BB 67400 et leurs RIB. peu à peu remplacées par les nouvelles NAT construites par Bombardier, il semble que ces machines et leurs RIB soient elles aussi promises à la casse

Outre les CC 72100 et les BB 67400, Paris Est voit encore quelques BB 15000 assurer des Corail TER Vallée de La Marne. Elles aussi ne tarderont pas à être chassées par les Coradia qui commencent tout juste à remplacer ces Corail TER. Il me semble que les BB 15000 affectées à ce train iront à Sotteville tandis que leurs corails seront envoyés au Mans pour démantèlement dans les mois à venir. Je vous tiendrais au courant et j’aurais l’occasion de couvrir ce sujet plus largement dans un article plus long qui paraitra dans les prochaines semaines …

Grand retour

Après plusieurs mois d’absence suite à des soucis de mises à jour, je re-publie sur Lestrainsdemarin ! Depuis juillet, le moins qu’on puisse dire, c’est que beaucoup de trains sont passés sous les ponts ! Je vais donc dans un premiers temps publier les photos des trains les plus marquants que j’ai pu voir ces derniers mois. Ensuite je publierais quelques articles plus longs de sujets qui ont marqué l’actualité ferroviaire …

Un infra sympathique en ce début d’été mené par le BB 67472 livré Fret. La rame à destination de St Pierre des Corps se composait ce jour là de plats, d’un couvert et de trémies …

Quand l’ancien côtoie la relève

Entre d’une XR 6100 et d’un X2100, un Régio 2N neuf se repose au dépôt. Commandés au nombre de 21 unités par la Région bretagne, ces rames TER plus spacieuses, plus capacitaires, plus grandes et adaptée au gouts du jours (prises électriques, accès aux handicapés, etc) remplaceront le vieux matériel tel que les X 2100 et leurs XR 6100 et les BB 25500 et leurs RRR. 17 rames sont pour l’instant livrées, les 4 restantes ne tarderont pas à arriver puisque toutes doivent être livrées pour décembre 2017. Cela marquera donc la fin de ce vieux matériel, roulant en Bretagne depuis plus de 30 ans …

DSC_0174

Les B 85000 arrivent tandis que les CC 72100 quittent la scène ferroviaire

Les radiations des CC 72100 se poursuivent et le temps nous rapprochent peu à peu de la date fatidique pour ces engins. Il est donc temps de faire le point sur la situation de ces machines emblématiques.

DSC00518

La CC 72186 entre en gare de Paris Est –  février 2016

Histoire 

Au milieu des années 1960, la SNCF a commandé beaucoup de locomotives neuves dont les CC 72000. Ces machines sont particulières car elles peuvent tracter de lourds convois de fret comme de marchandises à vive allure (160 km/h pour certaines). Construites de 1967 à 1974, les CC 72000 ont été construites à 92 exemplaires. Le début des années 2000 marqua le début des retraits de services pour ces machines. Certaines d’entre elles seront modifiées pour devenir les CC 72100  qui font l’objet de cet article. Aujourd’hui les CC 72100 limitée à la ligne Paris – Belfort sont peu à peu radiées à mesure que les nouveaux B 85000 les remplacent.

IMG_1304

À Verneuil l’Étang le CC 72158 roule vers Paris – février 2017

Début des radiations

Les radiations des CC 72100 ont débutées en 2007. Le premier engin fut le CC 72182. Les radiations se sont poursuivies en 2010 avec deux engins puis trois nouveaux en 2012, un en 2014, deux en 2015 et deux en 2016 et un en 2017 à savoir le CC 72147. À noter que certains de ces engins ont étés radiés suite à des incendies ou des accidents à des passages à niveaux. Le 72147 est d’ailleurs loin d’être le dernier engin à être radié en 2017, en effet il est quasiment certains que tous les CC 72100 seront radiés d’ici au changement de semestre l’été prochain. Vu l’avancée des livraisons des nouveaux B 85000 sensés remplacer les CC 72100 et leurs corails et surtout la réduction récente des trains assurés en CC 72100, il est fort possible que d’autres machines soient radiées dans les semaines à venir. Sur les 30 engins transformés, il en reste 16 en service pour l’instant.

IMG_1306

À Verneuil l’Étang le CC 72130 et sa rame corail fonce vers Troyes –  février 2017

Montée en puissance des B 85000

La livraison des B 85000 à débutée le 2 décembre 2016. Ces automoteurs hybrides plus spacieux, accessibles à tous et munis de prises électriques sont le fruit de la volonté de la SNCF de supprimer les CC 72100 et d’autres engins tels que les BB 67300/400 qu’elle juge vieillissants. En effet ces machines ont pour certaines passées le cap des 50 ans et des 7 millions de kilomètres parcourus. Ces locomotives sont donc de plus en plus fatiguées. Les voitures Corail qu’elles tractent sont quand à eux encore en forme malgré leurs âges  mais plus au gout du jour (difficilements accessibles aux personnes handicapés, démunis de prises électriques etc). Néanmoins elles seront également radiées, remplacées par ces nouveaux trains.  Adaptés aux trains Intercités, ces B 85000 peuvent rouler à 160 km/h comme leurs ancêtres. C’est donc début décembre 2016 que leurs livraisons à commencée avec la livraison de neuf unités. Deux engins ont étés livrés en février dernier et deux en mars soit un total de quatorze engins livrés sur les 34 commandés par SNCF Intercités. Après avoir étés essayés sur la ligne Paris – Belfort ces B 85000 (aussi appelés Coradias) ont étés mit en service commercial. D’autres ont aussi roulés en Alsace pour combler le manque de trains. Annoncés comme confortables, rapides et fiables par la SNCF, ils ne sont finalement pas autant d’après les usagers et dans la pratique. Malgré la vieillesse des CC 72100, les coradias tombent pourtant plus souvent en panne qu’elles alors qu’ils sont tout neufs. Comme quoi la nouveauté n’est pas forcément signe de perfection. En bref les Coradias ne sont pas mieux que leurs ancêtres voir moins bien. Pourtant la SNCF va étendre le rayon d’action de ces nouveaux trains non seulement sur Paris – Belfort mais aussi sur d’autres lignes tel que Nantes – Bordeaux d’ici 2019, condamnant les corails et leurs BB 67400 actuellement en service sur cette ligne. J’aurais l’occasion de vous reparler de cette ligne car il y a beaucoup à dire dessus.

IMG_1298

L’un des nouveaux B 85000 en action à Verneuil l’Étang – février 2017