Les CC 72000, retour sur une carrière exceptionnelle

Un article plus long en ce vendredi après la fin des CC 72100, survenu il y a déjà 6 mois …

En 1965, la SNCF cherche à remplacer les locomotives à vapeur par des machines à traction électrique ou thermique. De nombreuses séries de machines voient le jour (BB 25500, BB 9200, CC 6500 …) entre 1960 et 1970. Mais le réseau Français de l’époque comporte encore de nombreuses lignes non électrifiées. La SNCF a donc besoin de machines diesels pour tout type de missions. Apparaissent alors (parmi d’autres) les BB 66000, de moyenne/faible puissance et les BB 67000 de puissance moyenne destinées à tout type de trains. Cependant, le fret ferroviaire à cette époque explose et les trains doivent rouler plus vite si ils veulent concurrencer l’automobile, à l’heure ou les autoroutes commencent à recouvrir le territoire Français. La SNCF commande alors à Alstom des locomotives diesels uniques : les CC 72000. Ces engins dotées d’un puissant moteur SACM-AGO V16 et bien entendu de moteurs électriques TAO 656 de 1500 volts développants une puissance continue de 2250 kW. Les 114 tonnes de l’engin permettent une bonne adhérence. Produites de 1967 à 1974, les 92 CC 72100 peuvent aussi bien tracter de lourdes rames de fret que des longs express. Les 20 premières de la série sont limitées à 140 km/h alors que les autres peuvent atteindre 160 km/h.

Le CC 72084, un des derniers CC 72000 encore en service

Au début des années 2000, les CC 72000 se font vieillissantes. Normes anti-pollution dépassées, entretient couteux, nouveaux matériels TER, baisse du fret…. Autant de bonnes raisons de les radier peu à peu. C’est en 2002 que la première CC 72000 se voit retire du service. Les « grosses bleues » s’effacent peu à peu dans les années qui suivent. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, 30 machines sont gardées pour assurer exclusivement des trains Intercités. Elles sont donc transformées entre 2002 et 2004 en CC 72100. Des modifications y sont appliquées (nouveau moteur, nouvelle livrée, etc).

Le CC 72130 en février 2017 à Verneuil l’Étang fonce vers Troyes à 160 km/h

Rapidement, les 30 rescapées pourtant bien entretenues accumulent les soucis techniques dû à leurs grands âges. Depuis quelques années elles ne roulent plus que sur une seule ligne, la fameuse « ligne 4 » reliant Paris Est à Belfort, en tête de voitures corail. SNCF a mit un terme définitif à la carrière de ces machines en commandant, avec le soutiens de l’état et des régions, des Coradia Liner. Ces automotrices bi modes (hybrides) construits par Alstom n’ont plus rien à voir avec ces machines. Le premier de la série est entré en service en décembre 2016. Aujourd’hui, 34 Coradia Liner sont en service et beaucoup sont encore en construction. C’est donc le 28 aout 2017 qu’à roulé le tout dernier train effectué en CC 72100, l’Intercités n°11644 Chalindrey – Paris Est. Depuis les Coradia ont pris possession de la ligne et envahisse la France en remplaçant d’autres Corail. 3 CC 72100 bénéficient d’un tout dernier sursis sur la ligne Paris – Granville, non pas pour assurer des trains commerciaux, mais pour sabler la ligne (le sable sur les rails permet une meilleure adhérence des trains) cet automne. Enfin radiées mi décembre 2017, les 3 CC 72100 ont rejoint Sotteville pour entreposage avant une hypothétique  démolition au côté de leurs soeurs qui attendent pour certaines depuis longtemps. La CMR (Cellule des Materiels Radiés) en charge de l’acheminement et de la démolition des trains radiés de la SNCF aurait pu garder une ou deux CC 72100 pour assurer la traction de trains destinés à la casse. Il n’en est rien. Seul la CC 72130, détentrice du record de kilomètres parcourus (plus de 7 millions à ma connaissance) sera emmenée au musée de préservation du patrimoine SNCF à Mulhouse.

Un tout nouveau Coradia Liner à Rennes 

Aujourd’hui, seul 3 exemplaires de CC 72000 roulent encore à savoir les CC 72049, CC 72074 et CC 72084, tous pour le compte de l’Agence d’Essais Ferroviaire (AEF). Cette filiale de la SNCF réalise des essais divers partout en France. Mais ces 3 dernières CC sont souvent prêtées à la CMR ou pour des trains spéciaux. Aucune date n’est encore officielle, mais il semblerait (entre ce qu’ils disent et ce qu’ils font…) que le CC 72084, le plus connu des 3 et surement la locomotive la plus célèbre de France, sera radiée et envoyée au musée de Mulhouse.

Le CC 72074 quitte le triage de Rennes

Affaire à suivre …

Publicités

Europorte décroche un nouveau contrat

Parlons un peu de fret ferroviaire. Dimanche 14 janvier 2018 je me suis rendu à Nantes pour immortaliser le tout premier train Europorte à destination de La Mothe-Achard. C’est dans cette petite commune proche de La Roche sur Yon que se trouve PRB, une entreprise spécialisée dans les matériaux de construction. Depuis déjà un certains temps, l’entreprise utilise le rail pour faire transporter le ciment, en vrac ou en sac qu’elle transforme à son usine de La Mothe. Avant, le train partait de Rognac et traversait toute la France, passant entre autre par Bordeaux et La Rochelle pour atteindre La Mothe-Achard. Il était assuré par Fret SNCF, qui a perdu le contrat alors qu’elle l’avait récupéré il y a pas si longtemps à ECR, une filiale privée de la DB. À présent c’est Europorte, un opérateur de fret ferroviaire privé qui assure le train tous les weeks ends, de Dijon à Chantenay en E 37500 par Valenton et Le Mans puis de Chantenay à La Mothe-Achard en G1000 (l’embranchement de l’usine n’étant pas électrifié). À noter que le train provient de la cimenterie Lafarge de Le Theil

Dimanche 14/02/18 la G1028 d’Europorte quitte le triage de Chantenay direction La motte-Achard avec la rame de wagon citernes EVS, chargés de ciment

Quelques circulations autour de Rennes

Des travaux à Savenay ont entrainés le détournement du Fret St Pierre des Corps – Rennes par Le Mans. Les Fret SNCF de jour sur cette ligne sont devenus rares

Le « TM » St Pierre des Corps – Rennes peu avant son terminus

Une bourreuse B 66 UC de Vecchietti de passage en gare de Rennes

Le St Pierre des Corps – Rennes à Cesson-Sévigné

Un B 85000 rentre à Nantes après un tour en fosse à Rennes

Un jeudi sur le PLM

Après le PO, je me suis rendu à Cesson, sur le PLM jeudi 2 novembre 2017. À cette hauteur, la ligne voit passer beaucoup de Transillien mais aussi beaucoup d’Intercités et de RCR . Les frets sont également abondants, mais de nuit

Un train d’eau de 1400 tonnes avec une seule BB 27000 en tête. On notera la présence du chiffre 4 en début du numéro de la machine, indiquant son appartenance à l’activité Fret

L’Y8034 remonte la ligne vers Paris ..

Pas de chance pour ce diffus : BB26000 grise et une poignée de wagons

Superbe compo sur ce TM descendant. La BB 22405 titulaire mène la BB 26040, 26048 mais aussi la BB 26160 arborant la fameuse livrée multiservices tandis qu’un BB 75000 de l’infra ferme la marche

Une BB 26000 béton sur un Intercités descendant. Un peu de soleil juste au bon moment

Une Z8800 passe sans arrêt sur une des voies de passage de la gare …

… alors que cette Z 20500 du RER D ralentit pour s’y arrêter

Une RCR emmenée par une BB 7200

Un superbe fret en BB 26000 tri-feux file vers le sud

Toujours avec des wagons bâchés, mais cette fois emmené par une E 186 d’Euro Cargo Rail

Spotting à Monnerville sur le PO

Fin octobre j’ai eu l’occasion de passer quelques jours à Paris. J’en ai donc profité pour aller spotter sur des lignes habituées des frets et des fameux corail. Je me suis donc rendu sur la célèbre ligne reliant Paris à Orléans (le PO) à hauteur de Monnerville, au coeur de la Beauce. 

À Monnerville, les trains corails roulent à 160 voir 200 km/h. Ici, pas de TGV : les corails règnent et les trains de fret y sont abondants. C’est donc pour ces raisons que je m’y suis rendu.

Des BB 7200 (en photo), BB 26000 ou encore BB 22200 assurent la traction des Corail. Ces machines sont revêtues de multiples livrées (Béton, En Voyage, Carmillon ou même Multiservices voir Infra et Fret) parfois farfelues comme cette BB 7200 En Voyage dotée d’un nez Béton.

Le beau temps était au rendez vous en ce mardi d’automne. Cependant mon reflex ayant eu des soucis de batterie, j’ai du faire ces photos avec l’APN. Dommage car les photos au reflex sont nettement meilleures …

Outre les trains Corail, la ligne voit passer de nombreux frets descendant vers Tours, Bordeaux ou l’Espagne. Ce train combiné justement à destination de l’Espagne est emmené par une Traxx E 186 de la société privée Euro Cargo Rail.

La BB 26072 dotée d’une superbe livrée Carmillon descend la ligne vers Orléans ..

Comme sur presque toutes les lignes de France, le PO voit passer quelques circulations particulières comme cette BB 67200 haut le pied munie d’un attelage Sharfenberg pour le dépannage des TGV (entre autres)

Fret SNCF roule également sur cette ligne avec différentes machines telle que des BB 27000 (ici la BB 27100), des BB 26000 (en véhicule) etc

Fret SNCF dessert de nombreux clients dans le sud ouest du pays. Le PO est donc une ligne vitale pour la desserte de ces clients. Cette BB 27000 tracte justement un diffus composé de plusieurs wagons pour plusieurs clients différents

Le soleil tombe déjà quand la BB 26162 ayant encore la livrée Béton tracte une rame Corail . Notez la présence d’une des dernière voiture Aqualys

Le PO compte aussi des circulations spéciales voir exceptionnelles. Alors que je ne m’y attendais pas à voir un tel convoi le BB 67338 tirait un convoi spécial composé de voitures d’encadrement et de voitures de V2N destinées à la rénovation

Tous les trains que j’ai pu filmer ce jour là sont à retrouver dans cette vidéo : https://youtu.be/MTFr44GtU7I

CC 72074, BB 25500 cramée et autres babioles à Rennes ..

La Bretagne ne regorge pas des circulations rares contrairement à d’autres villes, mais il arrive que des trains hors du commun viennent couper la monotonie des habituels TER et des TGV
Ce fut le cas en cette fin d’année avec :

Le train phase du mois d’octobre à savoir l’acheminement de la 141 TB 424. Cette locomotive à vapeur prêtée à l’association de la Vapeur du Trieux durant l’été rentrait en Champagne Ardennes a la fin de la saison touristique. C’était un BB 63500 de la SNCF qui s’est chargé d’escorter cette locomotive centenaire avec un wagon couvert contenant les pièces de rechanges de la TB raisin qu’une voiture Lunéa pour le personnel. Le convoi est vu peu avant Rennes

Convoi moins gai le 25 octobre avec l’acheminement au Mans de 3 BB 25500 radiée par 3 BB 67400 de la CMR. Ces BB 67400 étaient disposés de manière originale pour seulement 3 BB 25500. C’était donc la BB 25590 Béton, la BB 25650 En Voyage (qui a brulée à Laval il y a quelques années) et la BB 25637.

Marche de l’AEF avec cette fois le célèbre CC 72074 en tête qui ramenait des fourgons corail MC 76 et deux plats de raccord le 26 octobre

Enfin le Train Expo emmené par la BB 22343 un samedi soir de Novembre en gare de Rennes

Des trains à l’Italienne

J’ai eu l’occasion de spotter quelques trains durant les vacances d’été en Toscane. Cela m’a donné l’occasion d’en savoir un peu plus sur une compagnie ferroviaire publique qui va très bientôt faire parler d’elle dans toute l’Europe grâce à une stratégie inverse de celle de la SNCF …

… et c’est par le fret ferroviaire que Trenitalia, la SNCF Italienne, commence à faire parler d’elle. Le gouvernement italien est le seul d’Europe à avoir débloquer 2 milliards d’€uros sur 10 ans pour lancer le fret ferroviaire, avec la sérieuse volonté de rabaisser le transport routier. Je reviendrais là dessus dans un article plus long à paraitre bientôt. Cette E652 remorque un train de wagons couverts Allemands chargés de rouleaux de papier fabriqués par l’une des nombreuses papeterie de la région de Lucca.

Mais Trenitalia ne va pas se limiter au fret, l’entreprise rénove beaucoup de son matériel voyageur comme ce nouvel autorail arrêté à Lucca.

À Florence, une E 484 entre en gare de Statuo avec une rame réversible TER

Trenitalia a redonné vie aux Intercités et aux trains de nuit avec des voitures rénovées, des locomotives neuves etc

Enfin l’Italie s’est lancée dans la grande vitesse comme avec ce Zefiro fraichement sorti des usines Bombardier

Un TGV Italien plus ancien, cet ETR construit par FIAT Ferroviera (racheté par Alstom)

Un train de nuit emmené par une E 401 passe sans arrêt à Firenze Statuo

Surement le plus beau TGV Italien – ou plutôt AGV – construit par Alstom pour NTV, une entreprise ferroviaire privée. Leurs superbes livrées rouges et leurs intérieurs aux gouts du jour plaisent beaucoup aux nombreux clients de NTV

5h à Paris Est au temps des CC 72100

Début aout 2017 j’ai eu l’occasion de passer 5h Gare de l’Est à Paris pour filmer quelques CC 72100 proches de la fin mais aussi des RIB en BB 67400 pour La Ferté Milon et des BB 15000

Le CC 72130 se prépare à quitter Paris pour Troyes avec à ses côtés un des nouveaux Coradia destiné à remplacer les gros diesel. Toutes les CC 72100 sont maintenant à la casse. Mais seul la CC 72130 a été préservée, sauvée de l’impitoyable cimetière de Sotteville. 

Les jours sont comptés pour les BB 67400 et leurs RIB. peu à peu remplacées par les nouvelles NAT construites par Bombardier, il semble que ces machines et leurs RIB soient elles aussi promises à la casse

Outre les CC 72100 et les BB 67400, Paris Est voit encore quelques BB 15000 assurer des Corail TER Vallée de La Marne. Elles aussi ne tarderont pas à être chassées par les Coradia qui commencent tout juste à remplacer ces Corail TER. Il me semble que les BB 15000 affectées à ce train iront à Sotteville tandis que leurs corails seront envoyés au Mans pour démantèlement dans les mois à venir. Je vous tiendrais au courant et j’aurais l’occasion de couvrir ce sujet plus largement dans un article plus long qui paraitra dans les prochaines semaines …

Grand retour

Après plusieurs mois d’absence suite à des soucis de mises à jour, je re-publie sur Lestrainsdemarin ! Depuis juillet, le moins qu’on puisse dire, c’est que beaucoup de trains sont passés sous les ponts ! Je vais donc dans un premiers temps publier les photos des trains les plus marquants que j’ai pu voir ces derniers mois. Ensuite je publierais quelques articles plus longs de sujets qui ont marqué l’actualité ferroviaire …

Un infra sympathique en ce début d’été mené par le BB 67472 livré Fret. La rame à destination de St Pierre des Corps se composait ce jour là de plats, d’un couvert et de trémies …

Quand l’ancien côtoie la relève

Entre d’une XR 6100 et d’un X2100, un Régio 2N neuf se repose au dépôt. Commandés au nombre de 21 unités par la Région bretagne, ces rames TER plus spacieuses, plus capacitaires, plus grandes et adaptée au gouts du jours (prises électriques, accès aux handicapés, etc) remplaceront le vieux matériel tel que les X 2100 et leurs XR 6100 et les BB 25500 et leurs RRR. 17 rames sont pour l’instant livrées, les 4 restantes ne tarderont pas à arriver puisque toutes doivent être livrées pour décembre 2017. Cela marquera donc la fin de ce vieux matériel, roulant en Bretagne depuis plus de 30 ans …

DSC_0174